Discours du Sommet

Discours de Monsieur Amr Moussa
Secrétaire Général de la Ligue Arabe
Durant la séance d'ouverture
Du Sommet de Développement Economique et Social


 

Etat du Koweït le 19/20 janvier 2009

Son Altesse, Emir de l'Etat du Koweït,

Son excellence, Président du Sommet Arabe Régulier,

Majestés, Excellences et altesses,


Le sommet, en application du document de développement et modernisation, issu a Tunis en 2004, ce tient Au Kuwait, pays hospitalier aussi bien que développé. Et en application du Sommet du Riyad de 2007, pour l'organisation d'un sommet qui discute des affaires économiques et sociales, et qui vise à renforcer les intérêts communs entre les sociétés arabes et leur renforcement et définition de telle sorte qui tient compte de tous les aspects de leur vie.

 

La Ligue Arabe et ses différents mécanismes ont bien préparé pour l'organisation de ce sommet, en adoptant une approche moderne qui se base essentiellement sur les expertises arabes disponibles. Tous les intéressés ont fait part à la préparation de ce sommet, d’où la participation intensive des organisations professionnelles arabes, représentants du secteur privés et société civile, organisations non gouvernementales, les différentes organisations du secteur privé en tant que les établissements de travail commun arabe en tant que les conseils de Ministres spécialisés en matière de développement divers et bien sur, les gouvernements arabes ont joué un rôle actif dans l'initiative, le suivi et l'assomption des dépenses requises par la préparation intensive à l'organisation de sommet.

 

Vous êtes au courant du fait que l'organisation de ce sommet fut précédée par un forum d'économie et de développement social, avec la participation de plusieurs entrepreneurs, experts en économie politique, homme de média et responsables internationaux. J'espère que de tels forums se tiennent de manière périodique, d’où l'importance particulière attachée à ce sommet.

 

Je voudrais bien remercier les deux pays qui ont l'initiative d'appeler à tenir ce sommet qui trace le chemin du futur pour un futur meilleur pour les peuples arabes, notamment l'état du Kuwait et la République Arabe d'Egypte. Je voudrais également exprimer mes remerciements aux rois et présidents arabes qui ont montré beaucoup d'intérêt lors du suivi de l'initiative qu'ils ont lancée durant le Sommet du Riad et affirmée durant le Sommet de Damas, appréciant ce besoin et l'obligation de ce mettre à jour et le passage au vingt-et-unième siècle et les changements qu'il pose.

 

Je voudrais également remercier ce grand nombre de responsables arabes qui travaillent dans les différents secteurs de développement, tels que les responsables et experts d'état, penseurs et entrepreneurs dans le secteur du commerce, de l'industrie, d'agriculture, d'investissement et de banque et également à nos experts en matière d'éducation, de santé, travail, d'environnement, etc. Je voudrais également saluer l'opinion publique arabe qui a bien accepté cette initiative et l'a suivie avec beaucoup d'intérêt, et qui aujourd'hui attendent de ce sommet des décisions et projets qui lui donneront un peu de repos, bonheur et espoir.

 

Je suis entrain de dire ceci en un moment où le monde arabe a perdu tout sourire, stabilité et espoir, à l'issu des événements de Gaza, notamment cette agression féroce sur son peuple qui a fait des milliers de victimes, blessés et handicapés.

 

On a vu Israël attaquer notre peuple de Gaza, le tuant, détruisant son infrastructure de base et affamant son peuple, ce qui représente un grand choc à notre conscience nationale et une épreuve difficile pour la capacité arabe, ce qui a montré que la situation arabe aurait besoin de revue du point de vue que les divisions entre les pays arabes ont mené à cette arrogance israélienne et qu'on va voir tous que la continuation de cette situation mènera au déclin de nos positions et à plus d'irrespect pour nous.

 

Par conséquent, c'est clair que le dénouement du problème arabo-israélien et palestino israélien se base sur le fait de trouver une position arabe unique et claire, d’où le grand besoin de dépasser les différends entre les pays arabes. On est arrivé à un stade qui menace de faire couler le barque arabe qui est trouée de plusieurs côtés.
Quant à Israël et à nôtre position à son envers, ceci tient de la responsabilité de tout les pays arabes, ce qui nécessite une action arabe sage et une discussion franche et responsable. Ceci a également besoin d'adopter une nouvelle approche, et tout ceci ne devient réalisable que dans une atmosphère moins tendue que celle ou on se trouve maintenant.

 

Il est bien évident q'une certaine proposition de part ou d'autre ressusciterait des réactions différentes, soit pour ce qui est des relations avec Israël ou de la proposition arabe de paix. Oui, les peuples sont en colère de ce que Israël est entrain de faire de nôtre peuple à Gaza, d’où la fermeture du bureau commercial israélien et l'ambassade de Mauritanie en Israël, qui requiert beaucoup de respect et de louanges. Quant à la proposition arabe de paix, ceci tient de la politique arabe dans le contexte international et à ce propos nous somme tous censés trouver un support global à nos positions et notre besoin de prendre une position unique dont nous seront tous responsables et on doit trouver d'autres alternatives avant de réviser cette proposition. Ceci est, bien sur, si on a la volonté de proposer une position sérieuse. La situation présente n'accepte plus le simple gel des relations.

 

Je poserai rapidement des mesures précises pour délibérations durant la séance fermée qui va traiter du sujet de Gaza et la position politique concernée.

 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,


Je revient au sujet du Sommet Economique et Social, ce qui représente un itinéraire alternatif pour la tension et la division politique et il est peut être un substitut ou un support pour le mettre sur les rails de nouveau.

 

Je voudrai bien vous rappeler, qu'au seuil de la deuxième décennie du vingt-et-unième siècle, il y a encore plusieurs défis à relever, y inclus la lutte contre le sous-développement, qui menace la sécurité des sociétés et le futur des générations arabes. Les chiffres montrent que 1/3 des populations arabes sont illettrés. Quant au phénomène de pauvreté, il touche encore le 1/3 des populations arabes, c.à.d. plus que cent millions de personnes qui vivent tous sur moins que deux dollars par jour. La moitié des vingt millions de chômeurs dans le monde arabes sont des jeunes.

 

Quand aux défis de l'environnement, le superficie touchée par la désertification dans le monde arabe a atteint plus de 70% de la superficie totale. Egalement, et malgré toutes les richesses du monde arabe, il y a seulement quatre pays arabes classés parmi les cinquante premier pays sur l'Echelle de Développement Humain (et l'index de développement humain qui base sur de trois critères; la Santé, l'éducation et le revenu). Six autres pays arabes sont classés parmi les cinquante autres pays sur cette échelle. Quant aux douze pays arabes restants, ils sont classés parmi les derniers cent pays.

 

Affronter les défis de pauvreté et du chômage n'est pas inférieur, du point de vue importance et vitalité, que celui du défi de l'occupation et le refus d'implication extérieure dans les pays et patries et que tout ces facteurs affectent le présent et le futur du monde arabe ainsi que sa sécurité.

 

Votre Altesse,
Excellences et Altesses,


Vous avez devant vous la déclaration du Sommet du Koweït qui porte le titre "L'amélioration du niveau de vie du citoyen arabe", visant à mettre en place les politiques sociales et économiques pour réaliser l'intégration économique dans le cadre des accords, chartes et stratégies arabes utilisées dans les domaines de l'industrie des politiques financières et monétaires, industrielles, et celles de l'industrie, l'agriculture, l'énergie, le transport et la sécurité hydraulique et alimentaire. Et bien d'autres domaines importants, bien surs.

 

Quant au deuxième document, c'est 'L'ordre du Jour' citant les étapes d'exécution des mesures prises dans la déclaration en plus de la mise en place des délais d'exécution.

 

Le troisième document comporte un nombre de décisions qui seront issues de ce Sommet, et qu'on a fait de telle sorte qu'elles ne soient pas nombreuses, mais directes et effectives sur le chemin du développement global arabe en vue d'améliorer la vie quotidienne du citoyen arabe, dont je cite surtout;

 

  • Le projet de connexion par voie terrestre et par lignes de chemin de fer, visant à faciliter le mouvement ce qui, à son tour, représente un premier pas vers la réalisation de l'intégration économique entre les pays arabes.

  • Le projet de connexion électrique arabe qui vise à compléter le reste des projets de ce type en vue d'arriver à établir un marché commun pour l'énergie électrique.

  • Et une troisième décision qui vise à compléter toutes les conditions pour l'établissement de l'Union Douanière Arabe, préparant à ouvrir la voie à son début en 2015 et ce comme un pas principal vers la réalisation du Marché Arabe Commun.

Ceci en ce qui concerne le domaine économique. Quant au domaine social, il y a un certain nombre de programmes importants qui sont proposés tels que le programme arabe pour réduire la pauvreté dans les pays arabes qui vise à mettre en place les politiques qui mènent à diminuer le taux de pauvreté de 50%, en harmonie avec le document du millénaire. Il y a également le programme intégré de support de l'emploi et la réduction du taux de chômage dans les pays arabes, qui vise à réduire les taux de chômage de 50% dans les pays arabes d'ici vers l'an 2020, et qui vise également à la mise en place des procédures de transfert des travailleurs arabes entre les pays arabes. Dans ce contexte, il y a les mesures qui doivent être acceptées. En ce contexte, également, on n'a pas sous estimer les pays arabes les moins développés et ce par l'exécution de la déclaration arabe pour la réalisation des buts de développement pour ce millénaire dans la période entre 2009 et jusqu'à 2015, concentrant les efforts en particulier sur les pays arabes à taux de développement lent. Ceci en plus des efforts qui visent à activer l'exécution du plan de développement dans le monde arabe, qui a été ratifié durant les sessions précédentes, dont la dernière fut à Damas en 2008 en plus que la continuation du renforcement des soins médicaux de base.


On aurait voulu que ce sommet soit un vrai départ pour le début d'un nouvel ordre arabe, un ordre que nous croyions basé sur une vision commune des intérêts arabes, une vision qui sait très bien les défis de développement global qui ne se voit pas se réaliser tant que les différences dans les niveaux de vie, d'éducation, et de santé subsistent dans nos sociétés respectives. En plus, ce n'est possible de réaliser le développement alors que l'ignorance règne et en l'absence d'infrastructure productive avec une sécurité alimentaire capable de le défendre. On peut tous voir les fonds dépenses par les pays arabes durant les décennies précédentes qui étaient toutes gaspillées en l'absence de facteurs positifs, notamment le mauvais calcul des intérêts qui existent entre nos pays, manque de travail commun et possibilités de gains collectifs. Ceci nécessite la mise en place des règles fermes pour bâtir des relations arabes justes, protégées par les règlements qui sauvegardent les droits, et garantissent la marche correcte vers la construction et la réalisation de la dignité pour les peuples dans le cadre des intérêts communs.

 

Le citoyen arabe a eu assez des relations basées sur les sentiments factionnels et fanatisme immodéré qui ont ouvert la porte devant les interventions extérieures au point que l'incapacité de faire face à ces défis s'est aggravée, dont le drame palestinien et le massacre de Gaza sont témoins. Le Koweït, l'Iraq, le Liban, ainsi que la Somalie et le Soudan en étaient également témoins il y a pas très longtemps. En effet, c'est ce qui permet aux ennemis de la nation de promouvoir cet aspect instable du monde arabe et l'accuser d'immaturité et quelque fois d'irresponsabilité, et puis d'abuser des rencontres et déclarations comme celles faisant partie d'un rapport maghrébin larmoyant qui est apparu dernièrement. Certes, on doit avouer que le problème réside en nous-mêmes et non dans les autres.

 

Dans des circonstances défavorables pareilles, et au moment ou la Ligue Arabe travaille laborieusement pour redéfinir le travail arabe commun, la ligue se voit victime d'une attaque bien visée dont le but est de détruire l'existence collective arabe, ce qui nécessite de nous d'être vigilant et unifier les rangs pour lui faire face. On travaille pour que la Ligue Arabe soit une organisation régionale active, moderne et présente sur la scène de travail international, faisant partie du travail des Etats-Unis, et travaillant pour résoudre les dossiers et problèmes régionaux et internationaux en tant que le porte-parole et défendeur des peuples arabes et leurs causes et intérêts. Pour cette fin, j'ai toujours insisté sur le fait que la ligue prenne sa distance des disputes et qu'elle intervienne par le moyen du travail positif et prendre l'initiative en vue de trouver le minimum de solidarité et d'accord. Oui, j'ai beaucoup de mal à accepter le fait que la ligue arabe soit le premier à être attaquée et qualifiée de mots qui sont incompatibles avec sa mission et sa responsabilité et la position de ses membres.

 

Monsieur le Président,

Je suis fort bien convaincu que protéger cette maison arabe de tout fractionnement, le promouvoir, et le moderniser sont en tête de mes priorités. Au moment ou on avait cru qu'il y a eu du progrès qui commence à se faire dans ce sens, je trouve que la maison arabe risque de s'écrouler, encore une fois parce que le problème existe au sein de la famille. J'espère, avant qu'il ne sera trop tard, qu'on soit capable de regagner la conscience, l'âme, la volonté et la détermination, et qu'on laisse tomber la diplomatie de réductions et les bonds vers l'inconnu et ce, afin de donner aux jeunes générations arabes espoir et confidence en un futur meilleur qu'ils méritent certainement. Ils ont le droit de rêver et on est dans l'obligation de faire de telle sorte que leurs rêves soient réalisés.

 

Que Dieu nous apporte succès au service des intérêts du citoyen arabe…

 

 

WA SALAMOU ALAIKOM WA RAHMATULLAH WA BARAKATOHOU

 

 

Discours du Sommet
عربي English