LE TROISIÈME SOMMET ARABO-AFRICAIN
Partenaires dans le développement et l'investissement
L'État du Koweït, 19-20 Novembre 2013

La (Déclaration du Koweït) .. engagement arabe africain à la coopération sur la base du partenariat stratégique

 

Les pays arabes et africains participant au troisième sommet du Koweït ont confirmé leurs engagement à renforcer la coopération entre les deux parties sur la base du partenariat stratégique qui vise à maintenir la justice et de la paix et la sécurité internationale et les États ont convenu dans (la Déclaration du Koweït) issue du sommet, qui s'est achevé aujourd'hui sous le slogan (Partenaires pour le développement et l'investissement) sur la promotion de la coopération Sud - Sud et entre les pays arabes et africains et renforcer les liens entre les gouvernements et les peuples des deux régions à travers l'intensification des visites et des consultations à tous les niveaux.

Ils ont souligné la nécessité de renforcer les relations diplomatiques et consulaires entre les pays africains et arabes à travers des consultations régulières entre les missions diplomatiques accréditées auprès de l'Organisation des Nations Unies et les organisations régionales et autres organisations internationales afin de coordonner leurs positions et d'élaborer des politiques communes sur des questions d'intérêt commun.

Il a souligné la nécessité de poursuivre les efforts pour élaborer des politiques en faveur de la croissance économique et l'adoption de politiques fiscales qui assureront la durabilité pour promouvoir des politiques d'éradication de la pauvreté, y compris les programmes des Objectifs du Millénaire pour le développement et programmes de développement au-delà de 2015.

Ce qui suit est le texte de la Déclaration de Koweït Nous sommes les leaders des pays africains et arabes nous nous sommes réunis lors du troisième sommet arabo-africain au Koweït les 19 et 20 Novembre 2013, qui se tiendra sous le slogan (partenaires dans le développement et l'investissement).

Nous exprimons notre gratitude à Son Altesse Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, Emir de l'Etat du Koweït pour ses efforts sincères pour assurer le succès du troisième sommet arabe africain nous sommes pleinement convaincus que, grâce à la sagesse de son Altesse bien connu et son engagement les relations afro-arabes vont faire un grand progrès dans tous les domaines.

Nous apprécions et exprimons nos remerciements et notre profonde gratitude à Son Altesse l'émir cheikh Sabah Al -Ahmad Al- Jaber Al- Sabah, émir du Koweït pour son initiative pour renforcer la coopération afro-arabe dans tous les domaines , marqué par les directives de Son Altesse pour le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe à accorder des prêts concessionnels aux pays africains d;un milliard de dollars au cours des cinq prochaines années, ainsi que l'investissement et de garantie des investissements d'un milliard de dollars au cour des années prochaines dans les pays africains en mettant l'accent sur des infrastructures, en coopération et en coordination avec la Banque mondiale et les autres institutions international.

Nous exprimons nos sincères remerciements pour l'attribution de l'État du Koweït de prix annuelle d'un million de dollars au nom du Dr Abdulrahman Al-Sumait consacré pour les recherches du développement en Afrique, sous la supervision de la Fondation koweïtienne pour l'avancement des sciences.

Et nous exprimons aussi nos profonde gratitude au Gouvernement et au peuple du Koweït pour l'accueil chaleureux de l'organisation efficace qui a créé des conditions positives et favorables pour tenir le troisième Sommet arabo-africain.

Nous renouvelons notre engagement envers les objectifs et principes communs inscrits dans la loi fondamentale de l'Union africaine et de la Charte de la Ligue arabe et de faire respecter les principes du droit international et la Charte des Nations Unies, en particulier les principes concernant de respecter la souveraineté nationale des États et l'intégrité territoriale et de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures.

Nous réaffirmons notre engagement envers la protection des droits de l'homme et le respect du droit international humanitaire ainsi que nos objectifs communs pour apporter une contribution positive à la stabilité et au développement et de la coopération mondiale.

Et si nous réaffirmons notre engagement à renforcer la coopération entre l'Afrique et le monde arabe sur la base du partenariat stratégique, qui vise à maintenir la justice et la paix et la sécurité internationaux nous exprimons notre profonde préoccupation au sujet des défis qui existent encore à la suite d'un conflit et le manque de sécurité et de stabilité dans certaines parties de notre région internationale.

Nous exprimons notre volonté de renforcer la coopération dans les domaines de la politique, sociale, culturelle, économique.

Nous renouvelons notre engagement à poursuivre nos efforts pour relever les défis et à éliminer les obstacles qui envisagent la revitalisation et le développement de la coopération afro-arabe en conformité avec les intérêts communs afin de renforcer les fondements qui entravent les relations entre les pays des deux régions.

Nous affirmons notre volonté commune de renforcer la coopération entre les pays du Sud, la solidarité et l'amitié entre nos pays et nos peuples afin de réaliser les aspirations de nos peuples pour promouvoir les relations arabo-africaines basées sur les principes d'égalité, d'intérêt mutuel et le respect.

Nous félicitons les progrès accomplis par les pays arabes et africains dans le domaine de la paix et de la stabilité dans le maintien de la paix et de la stabilité ainsi que la promotion du respect des droits de l' homme et la bonne gouvernance dans les deux régions

Nous exprimons notre gratitude pour le rôle du Comité des dix chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine pour soutenir et renforcer la position africaine sur la réforme de l' Organisation des Nations Unies en partie d'accord Aazelwyne et la Déclaration de Syrte .

Nous saluons la création de la Cour arabe des droits de l'homme et la décision du Conseil de l'Université, au niveau du sommet d'être le Royaume de Bahreïn, le siège de cette cour, qui est en faveur du système d'action arabe dans le domaine des droits de l'homme et à promouvoir le respect et la protection de ces droits dans le cadre de la primauté du droit et des conventions et des principes du droit international et la légitimité internationale pour les droits humains internationaux.

Nous réaffirmons notre ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes, la criminalité organisée et le trafic de drogue transfrontalier et la piraterie, y compris le refus de payer une rançon aux terroristes et le trafic illicite d'armes et d'êtres humains.

Nous réaffirmons notre détermination et notre engagement à travailler ensemble dans ce domaine et de promouvoir la coopération et la coordination entre les pays africains et arabes à cet égard.
Les pays arabes et africains ont besoin d'échanger des informations pour la sécurité afin de combattre le terrorisme sous toutes ses formes et nous soulignons le rôle central joué par le Centre africain pour la recherche et les études dans le domaine de la lutte contre le terrorisme , basé en Algérie.

Nous nous félicitons la donation du roi Abdullah bin Abdul Aziz, le Serviteur des Deux Saintes Mosquées, d'un montant de 100 millions de dollars au Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme.

Nous réaffirmons notre ferme détermination à s'attaquer fermement aux causes profondes des conflits et de la violence dans les régions africaines et arabes afin de créer un environnement favorable pour la prospérité et le bien-être des peuples des deux régions.

Nous reconnaissons la nécessité de poursuivre les efforts pour développer des politiques de soutien à la croissance économique et l'adoption de politiques fiscales qui assureront la durabilité pour promouvoir des politiques d'éradication de la pauvreté, y compris les programmes des objectifs de développement pour le Millénaire et les programmes de développement au-delà de 2015.

Comme nous nous félicitons la décision du troisième sommet arabe pour le développement économique et social, qui s'est tenu à Riyad, en Arabie Saoudite en Janvier 2013 d'augmenter le capital des institutions financières arabes par 50 pour cent, y compris la Banque arabe pour le développement économique en Afrique et nous apprécions le rôle de la banque dans la promotion du développement en Afrique.

Nous félicitons de l'appui apporté par le Fonds arabe pour l'assistance technique aux Pays de l'Afrique au Commission et ses différents bureaux régionaux tels que la recherche et le développement des céréales dans les zones semi-arides (Savgrad).

Nous exprimons notre plein soutien pour atteindre l'intégration régionale à travers l'accroissement des échanges et des investissements entre l'Afrique et le monde arabe et d'approfondir l'intégration du marché , ce qui contribuerait de manière significative au développement économique durable et le développement social intégré, comme offrant des possibilités de l'emploi et de réduction de la pauvreté , et le flux de l'investissement direct , le développement industriel et l'intégration des deux régions dans l'économie mondiale.

Nous insistons sur l'importance d'un partenariat stratégique afro-arabe et du plan d'action commune 2011-2016 adopté lors de notre deuxième sommet en 2010 en Libye réaffirmant notre engagement à accélérer de mise en œuvre la stratégie et le plan .

Nous réaffirmons la nécessité de renforcer le rôle et la participation du secteur privé et la société civile dans nos régions dans le développement économique et dans la planification et la mise en œuvre des programmes et de projets communs .

Nous nous sommes entendus sur les points suivants

  1. 1 - Promotion de la coopération (Sud - Sud) et entre les pays arabes et africains et renforcer les liens entre les gouvernements et les peuples des deux régions à travers l'intensification des visites et des consultations à tous les niveaux.
  2. 2 - le renforcement des relations diplomatiques et consulaires entre les pays africains et arabes à travers des consultations régulières entre les missions diplomatiques accréditées auprès de l'Organisation des Nations Unies, et les organisations régionales et autres organisations internationales à Addis-Abeba, au Caire et a Bruxelles, a Genève et a New York et a Washington et les autres villes afin de coordonner leurs positions et d'élaborer des politiques communes sur des questions d'intérêt commun.
  3. 3 - Faire appel à toutes les parties concernées à trouver une solution pacifique à la crise politique dans les deux régions.
  4. 4 - Supporter le progrès de la paix et la reconstruction et le développement dans la période après les conflits dans les deux régions et d'encourager les pays concernés à poursuivre et renforcer leurs efforts et inviter la communauté internationale et les institutions financières internationales à aider ces pays à travers l'allégement de la dette par la levée des sanctions economiques imposé sur certains d'entre eux.
  5. 5- Renforcer la coopération et la coordination entre les pays arabes et africains à combattre le terrorisme y compris la criminalisation des paiements de rançons aux terroristes et à lutter contre la criminalité transnationale organisée et de fournir plus de soutien pour les efforts internationaux à cet égard .
  6. 6 - condamner fermement les actes terroristes et les opérations de contrebande sous toutes ses formes en Afrique et dans la région arabe, en particulier dans le Sahel et la région du Sahara qui a entraîné une grave crise dans les pays africains et arabes tel en Mali et invitant les Pays arabes et africains à appuyer la mise en œuvre de la stratégie intégrée de l'ONU dans le Sahel.
  7. 7- Réaffirmer l'engagement fort de la réforme globale du système des Nations Unies, y compris le Conseil de sécurité afin de refléter le fait de la scène internationale actuelle et en faire équilibrée régionale et plus démocratique, plus efficace et plus de la justice et l'appel à coordonner les positions des deux parties à cet égard, et compte tenu de la compatibilité Aazelwyne pour l'Union africaine et les décisions du Conseil de la Ligue arabe.
  8. 8- Appelle les gouvernements à mettre les conditions nécessaires dans les pays africains et arabes pour encourager et faciliter l'investissement dans les pays arabes et africains ainsi que la nécessité d'accroître le volume des échanges commerciaux et des investissements entre les deux régions et d'appuyer les initiatives de développement de l'industrie actuel afin de réduire la pauvreté et créer des emplois pour les citoyens de la jeunesse
  9. 9- renforcer la coopération et d'encourager et de faciliter les investissements dans le domaine de l'énergie, y compris la participation dans le développement de nouvelles sources d'énergie renouvelable et d'encourager l'utilisation efficace des ressources naturelles et d'élargir l'accès à des services énergétiques fiables et modernes à des prix raisonnables dans les deux régions.
  10. 10 - L'appel de la Commission de l'Union africaine et le Secrétariat général de la Ligue des États arabes de s'approcher des institutions financières et des fonds basés dans les deux régions pour former un groupe de travail pour financer la mise en œuvre de projets africains arabes communs, y compris le plan d'action conjoint 2011-2016.
  11. 11- Coordonner nos positions dans les négociations multilatérales sur le commerce et travailler ensemble afin de parvenir à un résultat équilibré a travers la IX Conférence ministérielle de l'OMC qui se tiendra à Bali, en Indonésie, en Décembre 2013 sur les possibilités de facilitation du commerce et les aspects liés à l'agriculture pour assurer le paquet acceptable pour les pays les moins avancés ainsi que des dispositions relatives au traitement spécial et différencié pour les pays en développement.
  12. 12 - le renforcement du Forum économique arabo-africaine pour renforcer le rôle et la participation du secteur privé et des organisations de la société civile des deux régions dans le processus de partenariat.
  13. 13 - Inviter les institutions financières africaines et arabes, ainsi que d'autres parties prenantes pour soutenir le commerce entre les pays de la région africaine et arabe en conformité avec le Plan d'action conjoint 2011-2016.
  14. 14 - Appel des Chambres de Commerce et d'Industrie ainsi que des organisations du secteur privé en Afrique et les pays arabes à tenir des réunions et des consultations régulières en vue de renforcer les relations de travail entre eux.
  15. 15 Accueillir le Royaume du Maroc pour la septième session de la foire commerciale Arab African du 19 au 23 Mars 2014 et soutenir l'organisation de l'exposition afro-arabe une fois tous les deux ans en alternance entre les deux régions africaines ,et arabes et faire des autres activités pour promouvoir le commerce et encourager les secteurs public et privé dans les deux régions à participer activement aux préparatifs de l'organisation de cette activités .
  16. 16 - encourager les gouvernements et le secteur privé et la société civile dans les deux régions de jouer un rôle clé dans la promotion de l'agriculture.
  17. 17 - améliorer la coopération en matière de développement rural , le développement agricole et la sécurité alimentaire , à cet égard nous félicitons le Royaume d'Arabie saoudite qui a accueilli avec succès le II réunion ministérielle afro -arabe sur l'agriculture et la sécurité alimentaire , qui s'est tenu à Riyad le 2 octobre 2013.
  18. 18- Inviter la Commission de l'Union africaine et le Secrétariat général de la Ligue arabe , en coopération avec les institutions financières , africaine et arabe et le secteur privé à travailler pour soutenir la mise en œuvre de programmes visant à développer les infrastructures dans les deux régions , en mettant l'accent sur les transports , l'eau et l'assainissement, la télécommunications, la technologies de l'information et des communications.
  19. 19 - Soutien aux programmes de coopération visant à l'échange culturel pour promouvoir les valeurs communes entre les peuples africains et arabes et l'ouverture du Centre international de Roi Abdullah Bin Abdulaziz pour le dialogue entre les adeptes des religions et des cultures , et d'inviter les Etats membres à coopérer avec le Centre .
  20. 20- renouveler la confirmation sur la nécessité de renforcer la coopération dans le domaine des programmes d'enseignement et de recherche scientifique et le partage des meilleures expériences dans ces domaines à travers l'organisation d'activités conjointes.
  21. 21 – Mettre des programmes de santé intégrés avec des programmes de développement à cet égard, nous réaffirmons notre engagement à assurer l'accès des groupes vulnérables aux médicaments nécessaires par conséquent, nous soutenons les initiatives visant à l'intégration des politiques de lutte contre les maladies épidémiques (paludisme, la tuberculose et le VIH - SIDA) et les maladies non transmissibles dans les programmes d'éducation, des médias et sensibilisation du public.
  22. 22 -soutien les stratégies et les initiatives visant à éliminer la discrimination à l'égard des femmes afin de parvenir à l'égalité, l'équité et de sensibiliser le public des principes et des valeurs qui garantissent les droits des femmes et leur rôle dans la société humanitaires.
  23. 23 - appeler tous les gouvernements à adopter des lois pour protéger les jeunes et les femmes et à promouvoir l'autonomisation sur le plan économique et d'assurer leur participation au processus de prise de décisions pour réaliser l'égalité avec les hommes et garantir leur pleine participation à tous les aspects des activités politique, économique et social.
  24. 24- support de communication entre les organisations de la société civile dans les deux pays arabes et africains pour promouvoir les relations populaires et les inviter à continuer à jouer son role positif dans la promotion de la paix , de la sécurité et de la stabilité , de l'aide humanitaire, de développement et a demandé à la Commission de l'UA et le Secrétariat général de la Ligue des États arabes à prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer l'interaction avec ces militants .
  25. 25 - Renforcement des capacités de la Commission de l'Union africaine et le Secrétariat général de la Ligue des États arabes et de leur fournir tous les moyens nécessaires , y compris un soutien financier et technique pour leur permettre de mettre en œuvre la stratégie du Partenariat arabo-africain et le plan d'Action commune de 2011 à 2016 , ainsi que la déclaration de Koweït.
  26. 26 - Soutenir la création du Sous-Comité technique africain pour coordonner et soutenir d'autres stratégies visant à améliorer la coopération et la coordination sur les questions de l'immigration et des immigrés dans les deux régions et la facilitation pour le bénéfice mutuel entre les deux partenaires et d'exprimer à nouveau sur la nécessité d'assurer la sécurité et la protection sociale des migrants et de fournir un appui aux pays qui accueillent des migrants et des personnes déplacées et des réfugiés dans les pays des deux régions, en particulier en Burkina Faso et la République du Yémen .
  27. 27 - Création du Centre afro-arabe pour l'échange d'informations pour lutter contre l'infiltration d'immigrants illégaux .
  28. 28 - rationaliser la mise en place d' institutions africaines arabes conjointes pour éviter la duplication des efforts et de la charge financière pour les deux organisations concernées par la coordination et charge le Comité de partenariat arabo-africain de prendre les mesures nécessaires à cet égard.
  29. 29 - prendre des actions et des mesures nécessaires pour la mise en œuvre effective du plan, y compris l'activation des structures communes et de rationaliser.
  30. 30 - institutionnaliser les réunions des mécanismes la surveillance et le suivi du partenariat afro-arabe et de promouvoir des consultations conjointes entre les deux secrétariats et la participation des groupes sous-régionaux dans les deux régions dans la mise en œuvre de ce partenariat.
  31. 31 - Application du principe de rotation dans l'organisation du Sommet arabo-africain et par conséquent convenu de tenir la quatrième Sommet arabo-africain en Afrique en 2016.

Fait à Koweït le 20 Novembre 2013.

 

عربي English